Activités
Typography

Dans le Cadre des Rencontres Euro-méditerranéennes‘2013, le Club UNESCO Almédina - Tunis (CUAT) organise du 4 au 5 Juillet 2013 à Tunis la seconde session du Forum mondial des Clubs UNESCO autour du thème « La Jeunesse à l’heure de l’Education aux médias et à l’information (EMI) ».

 

  L'événement sera organisé en coopération avec la  FEDACLU (Fédération arabe des Clubs UNESCO) et avec la collaboration de la Commission nationale tunisienne pour l'UNESCO et de la Fédération tunisienne des Clubs UNESCO.

 

Comme ce fût le cas pour la 1ère session du Forum mondial qui s’est tenue à Alexandrie, en juillet 2009, la 2ème session du Forum Mondial est une excellente occasion pour la relance du mouvement des Clubs UNESCO dans la région arabe et ce, dans le but d'améliorer l'image de la Fédération arabe au niveau mondial et de donner aux adhérents des Clubs UNESCO des pays arabes une opportunité de renouer le contact avec leurs homologues de l’aire euro-méditerranéenne voire même des diverses régions du monde entier.

Ce Forum mondial est organisé à l’intention des praticiens, des experts notamment les chercheurs spécialisés dans le domaine des industries créatives, de la pédagogie et de l’éducation aux médias et à l’information (TICs et du multimédia)  dans le but de discuter l’implication des arts numériques dans la construction des sociétés du savoir et son impact sur les composants du domaine de l’éducation et de la formation.

 


 Les concepts de base

La paix est un terme qui, le plus souvent, fait référence à une absence d'agression, de violence ou d'hostilité, mais qui représente également un concept plus large qui inclut la sécurité en matière de bien-être social ou économique favorisant ainsi la créativité chez l’individu pour « édifier les défenses de la paix dans l’esprit des hommes » qui mène éventuellement vers la construction de la culture de la paix.

Le concept de l’Education aux médias et à l’information (EMI), les politiques et les stratégies nationales en matière d’EMI, les actions de l’UNESCO en matière d’EMI, le rôle des médias dans la compréhension du concept dans le contexte de la transition démocratique et de la mise en œuvre de la citoyenneté, les outils mis à la disposition des jeunes en vue de les aider à maîtriser l’EMI pour leur faciliter le comportement citoyen, les jeunes et le monde virtuel (jeux éducatifs, jeux lucratifs en ligne « serious games »), les défis et les risques du monde virtuel, l’EMI et les carrières professionnelles, le Web 2.0 et la citoyenneté, le web 2.0 et la créativité chez les jeunes, le rôle des nouveaux médias dans la transition démocratique (Facebook, Tweeter…), l’inter-action entre le modèle traditionnel des médias et le nouveau modèle…sont autant de questions qui doivent être prises en considération dans les programmes des clubs UNESCO en vue d’améliorer le secteur de l’éducation pour tous.

Quant au concept de sociétés du savoir adopté par l'UNESCO - qui est également exposé dans le Rapport Mondial 2005 de l'UNESCO disponible depuis le Sommet de Tunis - offre une vision intégratrice et plurielle du développement, impliquant à égalité les hommes et les femmes et prenant en compte la complexité et la dynamique des processus actuels de globalisation.

L'UNESCO a défini quatre principes accompagnant les sociétés du savoir, qu'elle promeut activement : liberté d'expression ; accès universel à l'information et à la connaissance ; respect de la diversité culturelle et linguistique ; développement des capacités  par un accès égal à une éducation de qualité.

Dans ce contexte, l’accès au savoir et son utilisation doivent devenir une partie intégrante des stratégies de développement national.

Edifier des sociétés du savoir ouvre la vie à une plus grande humanisation du processus de globalisation. Ceci requiert une vision sociétale reposant sur des valeurs de pluralisme, d'intégration, de solidarité et de participation. Si les sociétés du savoir doivent être des outils efficaces pour un développement humain intégrateur et un changement social positif, l’autonomisation des femmes et l'égalité des genres doivent rester une préoccupation principale. Il est donc important que les nouveaux savoirs soient créés sur cette base, en incluant les savoirs de tous les peuples et communautés, y compris ceux enracinées dans l'expérience, la pratique et les savoirs locaux.

Par l’intermédiaire des diverses manifestations, l'UNESCO souhaite faire partager les expériences et les perspectives sur la façon dont le savoir peut influencer, sinon conduire le développement  humain et social vers un avenir plus juste, équitable et inclusif.

 


 Les Thèmes du Forum Mondial

GROUPE jeunesQuatre thèmes seront traités dans le cadre du Forum mondial et des ateliers des jeunes : Pédagogie en matière d’EMI (Enseignement et Formation des jeunes), le droit d’auteur et les nouveaux médias (le rôle des politiciens et des juristes), l’Ethique et l’EMI, la diversité culturelle et les diverses expressions culturelles (Industries culturelles et créatives).

Cette seconde session du Forum Mondial des Clubs UNESCO se propose également de présenter les bonnes pratiques et les expériences réussies dans le domaine de l’alphabétisation en matière de multimédia, d’information et d’art numérique qui ont favorisé l’édification des fondements des diverses composantes des sociétés du savoir et la mise en œuvre du développement durable. Un forum virtuel par le réseau Internet entre experts et chercheurs serait également organisé à cette occasion.

Trois ateliers autour de l’axe principal : « Les jeunes méditerranéens solidaires par l’EMI et l’art numérique »  seront organisés à l’intention des jeunes lors du Forum Mondial et seront axés aux thèmes suivants :

1. Education aux médias et à l’information : Quels défis pour les jeunes et Quel contenu pédagogique pour nos enfants?;

2. Les logiciels libres et l’éducation informelle;

3. Les industries créatives: concepts et relation avec les industries culturelles ;  

Ainsi, ces ateliers œuvrent dans le but de développer le domaine de l’éducation et de la formation en matière de TICs visant à élaborer, entre autres, le contenu pédagogique du programme d’éducation et de formation à l’intention des dirigeants des clubs UNESCO et des associations de jeunesse de la région euro-méditerranéenne. Plusieurs supports pédagogiques seront développés à cette occasion utilisant les différents formats de supports (formels et informels) inspirés du thème général des RENC EUROMED’2013 à travers des thèmes ayant trait à l’éducation en vue du développement durable, aux techniques de Communication ainsi que les modes de management au sein des Clubs et pour la mise en oeuvre des projets. Un forum virtuel serait également organisé à travers le réseau Internet entre, d’un côté, des chercheurs et des spécialistes en matière de pédagogie et d’industries créatives et de l’autre, des jeunes de divers pays de l’aire euro-méditerranéenne.

 


 

Le rôle des clubs UNESCO

82Les associations, centres et clubs UNESCO, au niveau national, ainsi que les clubs UNESCO, au niveau local, pourraient soutenir des projets de développement économique et la promotion des industries culturelles et des industries créatives associant protection du patrimoine et tourisme culturel en collaboration avec les collectivités locales.

 Dans ce contexte, les clubs UNESCO doivent jouer le rôle de relais entre les administrations publiques et la société civile. En fait, on constate souvent que les classes politiques et les décideurs ne prennent pas souvent en considération tous les besoins des communautés locales et les règles élémentaires pour la protection de leur patrimoine culturel et naturel notamment dans la phase de réalisation des projets de développement économique axés au domaine des industries culturelles et créatives,

Les clubs UNESCO peuvent également faciliter la participation du public dans le processus de planification des projets en matière d’industries culturelles en les  informant sur l'importance de la préservation de leur patrimoine culturel et naturel en tant que symbole de l'identité culturelle et sociale de la communauté à laquelle il appartient. En outre, les clubs UNESCO ont aussi la possibilité de pousser les institutions gouvernementales à orienter les choix sur les projets se basant du concept de développement durable. Ces types de projets peuvent être plus facilement l'objet d'un soutien financier par les instances internationales notamment le système des Nations Unies qui a proclamé la période 2005-2014:«Décennie internationale pour l’éducation au développement durable».

En effet, la durabilité de l’éducation aux médias et à l’information contribue directement à la préservation du patrimoine culturel et naturel de chaque communauté locale et favorise l’implantation, en son sein, des projets de développement économique et social. 

Sur un autre plan, les projets qui favorisent le développement durable doivent tenir compte toujours des spécificités de la population locale. Ce qui permet la mise en œuvre des projets liés aux industries culturelles et créatives dont le vecteur essentiel est le tourisme culturel ainsi que l’écotourisme.